• Rupture : la gauche bascule entraînée par le PS ! Il y a urgence à réagir.

    Le Parti Socialiste (PS) confirme sa rupture avec l'idéologie de gauche, humaniste et écologiste. Il rejoint ainsi le " mainstream " ambiant chez l'élite politicienne, pour un libéralisme décomplexé et l’hégémonie de la propriété privée !

    Mais ne nous y trompons pas : la Gauche n'est pas morte avec cette rupture qui couvait... La vraie Gauche est juste ailleurs : elle s'organise loin de la people'isation mise en scène par les médias de masse. #NouvelleDonne par exemple, pour ne citer que ce mouvement tout frais, tente de réinventer la pratique politique avec le citoyen de gauche, et de dessiner un projet de société plus humain, plus écologique ... / ...

    ... / ... Finalement, le plus triste dans cette rupture opérée par le PS, ce n'est pas tant son désaveu humaniste (je ne parle même pas de l'écologie qui n'a jamais été dans ses priorités) ; c'est plutôt d'apporter la preuve d'une technocratie assumée, d'une oligarchie autoritaire par une élite qui se soucie peu des idées et des projets de son peuple... Un pouvoir réservé que nous observons depuis cette 5ème république " présidentielle ".

    Car c'est bien de cela qu'il s'agit : gouverner à contre sens de ses engagements électoraux, gouverner contre l'opinion et la volonté du peuple ! Gouverner toujours, alors que plus personne ne croit légitime, ni même capable, ce gouvernement ! Et en marge, il est aussi question du pouvoir des médias qui ne laissent aucune place aux alternatives et aux " petits " non parrainés par les lobbying divers et variés.

    L'utopie politique s'en est allée au sein du PS ! L'innovation sociétale n'est plus chez le mammouth... Le PS résiste pour rester : cela rapporte peut-être, tout simplement. A qui ? Malheureusement, nous ne profiterons pas tous de cette situation. Les inégalités se creusent comme jamais ! La classe moyenne dérouille ; le silence des précaires est acheté ! Et les riches profitent...

    Oui, une autre voie est possible ! Oui, des idées apparaissent partout ! Il suffit de prendre un peu de recul, d'arrêter la télé pour aller voir les réunions qui s'organisent ici et là ! Sous l'appellation d'altermondialistes, de nombreuses personnes essaient de faire changer les choses. Et si c'était plutôt le PS qui était altermondialiste (dans un autre monde !) d'ailleurs... Tout n'est question que de point de vue, et de croyances.

    Prenons l'exemple de l'entreprise. Les positions du PS sont claires : donnons tout aux entreprises, aux actionnaires ! C'est le moteur du développement économique ! Mais pas un mot pour le développement humain durable... Et puis non : ce n'est pas vrai ! L'entreprise est le moteur d'un enrichissement personnel, de la montée des inégalités, d'une croissance aveugle et absurde : pas du développement. Cette voix nous conduit droit vers l'abîme social, et écologie aussi !

    Alors pensons l'entreprise autrement... Imaginons une entreprise comme un espace de coopération au service d'une oeuvre humaniste (cf. notion de commun expliquée par Pierre DARDOT et Christian LAVAL. IN: Commun, essai sur la révolution au XXIème siècle. Editions La Découverte). Car à quoi bon travailler, si ce n'est pas pour notre bien vivre ensemble ? Rappelons-nous les travaux de Hanna ARENDT à ce sujet : le travail, en soi, n'a pas de plus-value sauf pour se nourrir et s'abriter sous un toit (survivre). Le travail ne sert à rien d'autre pour l'homme animal... Il prend vraiment de la valeur sociétale quand il participe au bien vivre ensemble, à la solidarité entre les peuples, à la construction de cadres facilitant le lien social et la coopération.

    Quelle valeur a le travail si c'est pour enrichir un petit nombre de privilégié qui pourrons bien se nourrir et s'abriter dans de belles et grandes propriétés..., si c'est pour dégrader la santé de ceux qui travaillent et éloigner de la vie publique ceux qui ne travaillent plus..., si c'est pour mettre dans la rue ceux qui ont du mal à joindre les 2 bouts..., et affamer les plus précaires qui préféreront le minimum de dignité visible à une alimentation suffisante ?

    Il n'y a qu'à regarder le nombre de personnes qui travaillent (bénévolement) dans les associations humanitaires, ou de solidarités et d'éducation populaire. Ces personnes sont épanouies ! Ces personnes donnent le meilleur d'elles mêmes dans leur engagement associatif ! Mais cet engagement ne les nourrit pas et ne les abrite pas non plus ! Il ne rapporte rien aux actionnaires : et pourtant, tout le monde est d'accord pour dire qu'il apporte énormément humainement.

    Il est urgent de changer de modèle (de changer de vision de l'entreprise) : notre démocratie est en danger ! Notre cohésion sociale est déstabilisée... et le pire est à craindre, maintenant ! Ce n'est pas trop tard ! Sous l'impulsion des mouvements dits " altermondialistes " et citoyens, nous devons reprendre la main sur notre destin en commun, dès à présent. La révolution citoyenne et pacifiste est possible, la résistance est nécessaire.

    Nous devons, nous citoyens, réagir et œuvrer à la création d'une 6è république moins politicienne et plus citoyenne, moins technocratique et assurément politique, plus humaniste et résolument écologiste ! Nous devons réagir pour qu'un gouvernement provisoire organise la transition entre nos décideurs actuels et un système plus démocratique demain, ou le dialogue et le débat aurons leur place, dans la pluralité des idées et dans le respect absolu de l'humanité et de son écosystème.

    Nous ne pouvons plus nous permettre d'attendre pour une #NouvelleDonne... ou il sera trop tard pour sauver ce qui est encore possible, pour garantir la pérennité de notre civilisation.

    (c) Gaël Drillon

    Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :