• L'information municipale en question ?

    Une fois n'est pas coutume, autorisons-nous un détour en matière de sémantique… Et à l'ordre du jour, parlons propagande ! Selon l'encyclopédie coopérative Wikipédia (1), la propagande « est un ensemble d'actions psychologiques exercées sur les pensées et les actes d'une population, afin de l'influencer, l'endoctriner ou l'embrigader. […] Les techniques de propagande modernes reposent sur les recherches conduites dans le domaine de la psychologie, de la psychologie sociale et dans celui de la communication. De manière schématique, elles se concentrent sur la manipulation des émotions, au détriment des facultés de raisonnement et de jugement. »

    * * * * *

    Une fois n'est pas coutume, autorisons-nous un détour en matière de sémantique… Et à l'ordre du jour, parlons propagande ! Selon l'encyclopédie coopérative Wikipédia (1), la propagande « est un ensemble d'actions psychologiques exercées sur les pensées et les actes d'une population, afin de l'influencer, l'endoctriner ou l'embrigader. […] Les techniques de propagande modernes reposent sur les recherches conduites dans le domaine de la psychologie, de la psychologie sociale et dans celui de la communication. De manière schématique, elles se concentrent sur la manipulation des émotions, au détriment des facultés de raisonnement et de jugement. »

    Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'établir un lien direct entre l'information municipale et une quelconque propagande. Pour autant, cette information produite par la municipalité en place pose question ; et nous sommes en droit, citoyens, de nous interroger sur sa fiabilité. En effet, dire LES choses, c'est ce que l'on peut attendre d'un bulletin municipal digne de ce nom et transparent. Mais dire DES choses, c'est prendre le risque de sombrer dans la désinformation. Illustration avec ce numéro d'avril de [Beaumont notre ville].

    Tout commence par un sous-entendu critique contre l’œuvre contemporaine installée dans le parc de l'Hôtel de ville (l'artiste appréciera sans doute). Le propos semble dire que cette œuvre aurait coûtée aussi chère que la fontaine qui vient d'être déposée devant l'Hôtel de ville. C'est faux ! Les « cailloux bariolés » ont fait l'objet d'un appel à projet national permettant d'en assurer le financement quasiment intégral par le ministère de la culture. La contribution de la ville a été limitée. De même, il est utile de rappeler que le choix de l'artiste (et de son œuvre) à été réalisé par un jury pluraliste, national, dans le cadre d'un débat. L'appel a projet a vocation a promouvoir les jeunes talents et l'art contemporain.

    Ce n'est pas le cas de la fontaine. Cette dépense de plus de 85.000 euros est le choix d'un seul homme, suivi par sa majorité. Et ce sont les Beaumontois qui vont payer 100 % de la facture.

    Plus loin, c'est en matière de logement social que nous pouvons nous demander si la désinformation n'est pas à l’œuvre. Il est fait mention d'une « approche nouvelle, une vision moderne et raisonnable... de mixité sociale et d'offres diversifiées. » Certes, il y a bien des logements sociaux qui poussent à Beaumont. Mais l'offre est loin d'être équilibrée entre les PLAI (réservés aux personnes en grande précarité), les PLUS (correspondant aux HLM traditionnelles), et les PLS (attribués aux familles dont les revenus sont trop élevés pour pouvoir accéder aux HLM, mais trop bas pour se loger dans le secteur privé). C'est bien de cette dernière catégorie dont il s'agit principalement sur Beaumont.

    Rappelons qu'une approche ambitieuse et solidaire serait de déployer une offre pour accueillir les plus précaires comme les revenus intermédiaires. C'est ça la vraie mixité sociale ! Alors oui, la construction de logements sociaux, même pour les revenus intermédiaires, permet à la ville d'améliorer ses indicateurs relatifs à la loi SRU. Mais en disant cela, on ne nous dit rien d'une véritable mixité sociale !

    Ailleurs, l'information glisserait bien sur la pente du « greenwashing » ? L'acquisition d'un véhicule électrique est présentée comme une action en faveur de l'économie et de l'écologie... Certes, nous ne pouvons pas dire l'inverse. Encore que nulle preuve n'est donnée sur le fournisseur d'électricité de la ville, et son taux d'usage de l'énergie renouvelable. Est-ce véritablement une électricité propre ?

    Quoiqu'il en soit, les dépenses importantes pour laisser la lumière allumée la nuit (contraire aux principes de la COP21 de réduire notre consommation d'énergie), ou encore pour installer l'arrosage automatique de la pelouse de l'Hôtel de ville (contraire à l'impératif d'économiser l'eau, bien commun qui manque déjà dans de nombreux territoires), sont des faits autrement plus révélateurs de la politique réellement menée en terme d'écologie à Beaumont. Ne nous leurrons pas sur la réalité,  et regardons au-delà du " minus "Goupil.

    Et pour conclure, certains Beaumontois sont affublés de cette mention acerbe : « dérive idéologique »… et d'ajouter : « slogans politicos-écolos ». C'est vrai que la protection de notre environnement n'est pas totalement encore à la mode dans une société qui n'hésite pas à détruire les biens communs de tous au profit de l'enrichissement d'un petit nombre. Mais assumons de défendre des valeurs et des principes qui visent, sans concession, à la préservation de notre biodiversité, de nos solidarités, et de notre humanité. Assumons de préférer une démocratie dont l'ambition est une nouvelle gouvernance des communs.

    Mais pour en revenir à l'information municipale, cette critique idéologique est-elle une information utile aux Beaumontois et donc nécessaire dans un bulletin municipal ? Sans doute que dire CES choses évitent de dire LES vraies choses... en toute transparence.

    (1) Wikipédia, consulté le 29.03.2016 à 9h14 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Propagande

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :