• Des choix irresponsables et ahurissants à Beaumont !

    Des choix irresponsables et ahurissants à Beaumont !Lors du conseil municipal du 15 octobre 2015, la majorité conduite par Alain DUMEIL (maire) a voté la dépense de somme astronomique, mais au-delà c'est la mise en oeuvre d'actions inutiles et préjudiciables pour le bien vivre ensemble qui a été décidé. 34.000 euros pour mettre un éclairage spécifique sur l'hôtel de ville (au cas où l'éclairage nocturne public ne suffirait pas) ; 85.000 euros pour déplacer la fontaine (anciennement placée sur la place du parc) dont plus personne ne voulait dans ce quartier... elle viendra agrémenter (?) la façade de l'hôtel de ville après une petite rénovation (!) ; et enfin 33.000 euros pour installer des caméras de surveillance autour de l'hôtel de ville (quartier réputé pour son insécurité extrême !).

    J'affirme que ces décisions sont irresponsables alors que notre civilisation doit radicalement changer de modèle face à la crise climatique majeure ! Pour comprendre, je recommande le livre : Crime Climatique Stop aux éditions Seuil (collection Anthropocène). Il est facile à lire et permet de comprendre en quelques pages pourquoi nous sommes en danger sur toute la planète, et comment à Beaumont nous avons notre part de responsabilité, donc de solutions !

    Retrouvez l'intégralité des mes interventions ci-après (cliquer sur lire la suite). Et rejoignez les quelques 400.000 personnalités et citoyens qui ont signé l'appel de la fondation www.fondation-nicolas-hulot.org pour la Nature et pour l'Homme. Ce texte s'adresse aux élus et décideurs en ces mots : osez reconnaître que la lutte pour le climat conditionne l'avenir de notre monde !

     

    Lors du conseil municipal du 15 octobre 2015, la majorité conduite par Alain DUMEIL (maire) a voté la dépense de somme astronomique, mais au-delà la mise en oeuvre d'actions inutiles et préjudiciables pour le bien vivre ensemble. J'ai voté contre ces choix politiques irresponsables. Parmi eux : 34.000 euros pour mettre un éclairage spécifique sur l'hôtel de ville (au cas où l'éclairage nocturne public ne suffirait pas) ; 85.000 euros pour déplacer la fontaine (anciennement placée sur la place du parc) dont plus personne ne voulait dans ce quartier... elle viendra agrémenter (?) la façade de l'hôtel de ville après une petite rénovation (!) ; et enfin 33.000 euros pour installer des caméras de surveillance autour de l'hôtel de ville (quartier réputé pour son insécurité extrême !). Et vous, vous feriez quoi avec ces quelques 150.000 euros ?

    J'affirme que ces décisions sont irresponsables alors que notre civilisation doit radicalement changer de modèle face à la crise climatique majeure ! Nous devons consacrer notre énergie et nos moyens à mettre en oeuvre la transition énergétique, la protection de notre environnement, la réduction des inégalités et le renforcement de la démocratie. D'autres choix sont possibles, et surtout souhaitables alors que notre humanité est en danger. Pour comprendre, je recommande le livre : Crime Climatique Stop aux éditions Seuil (collection Anthropocène). Il est facile à lire et permet de comprendre en quelques pages pourquoi nous sommes en danger sur toute la planète, et comment à Beaumont nous avons notre part de responsabilité, donc de solutions !

    Lors de ce conseil municipal, j'ai réagit vivement à côté de mes collègues élus de l'opposition. Ci-après, retrouvez l'intégralité des mes interventions (autres intervention accessible par tous en mairie, en consultation libre). J'ai aussi invité chacun à rejoindre les quelques 400.000 personnalités et citoyens qui ont signé l'appel de la fondation www.fondation-nicolas-hulot.org pour la Nature et pour l'Homme. Ce texte s'adresse aux élus et décideurs en ces mots : osez reconnaître que la lutte pour le climat conditionne l'avenir de notre monde !

    * * *

    Délibération 2015-05-14 relative à la mise en valeur de l'hôtel de ville

    Avec cette délibération, vous demandez que les élus beaumontois acceptent une dépense de 34.000 euros… pour faire quoi ? Eclairer un bâtiment pendant la nuit !

    Soyons sérieux. Il faut se rendre compte de ce que nous parlons. Avec 34.000 euros, nous pouvons fournir 2500 semaines (c'est à dire 48 années pleines) de traitement nutritionnel pour les enfants souffrant de la faim dans le monde (source : Action Contre la Faim). Nous pouvons prendre en charge le coût d'une année de traitement pour un malade du cancer (source : Dr Titi Fojo et Christine Grady, Journal of National Cancer Institute, 2009). Nous pouvons aussi annuler la décision du forfait payant sur les temps périscolaire que subissent de nombreux beaumontois. Nous pouvons aider 11 de nos associations beaumontoises à hauteur de 3000 euros chacune. Avec 34.000 euros, nous pouvons contribuer à la rénovation des infrastructures qui en ont besoin (les écoles par exemple), ou lancer de nouveaux projets utiles.

    Mais vous, avec 34.000 euros, vous voulez mettre de la lumière la nuit sur l'Hôtel de ville. Enfin, vous n'êtes pas sans savoir que ce sera seulement entre l'heure du coucher de soleil et 1h du matin selon les textes en vigueur ! Donc presque rien en fin de compte…

    Certes, nous pouvons être fier de notre Hôtel de ville. Mais à quoi ça sert de le mettre en lumière. Nos décisions doivent radicalement changer de paradigme et donc d'orientations. Nous ne pouvons plus prendre des décisions irresponsables, même à notre niveau très local, devant les contraintes économiques, mais plus encore devant l'urgence climatique.

    Une fois n'est pas coutume, Monsieur le Maire, je me suis autorisé de lire autre chose qu'une bande dessinée : Crime Climatique Stop aux éditions Anthropocène Seuil. C'est un livre que je vous recommande tout particulièrement pour prendre conscience de l'urgence climatique, ainsi qu'à tous les élus de ce conseil.

    A la veille de la COP21, cette délibération est ridicule. Notre groupe votera bien évidemment contre, conformément d'ailleurs à notre position sur l'extinction de l'éclairage nocturne en ville. Je profite de cette intervention pour inviter chacun à signer l'appel de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme, sur http://www.fondation-nicolas-hulot.org/. Cet appel, déjà signé par plus de 340.000 personnes, s'adresse aux décideurs de ce monde y compris les élus locaux, en ces mots : Osez reconnaître que la lutte pour le climat conditionne l’avenir de notre monde !

     

    Questions diverses (à propos de la formation (légale) des élus)

     

    Monsieur le Maire. Je voudrais intervenir à propos de la formation des élus.

    D'abord parce que notre conseil municipal doit délibérer à ce propos, chaque année, sur la base d'un tableau récapitulant les actions de formation financées. C'est ce que précise l'article L-2123-12 du code général des collectivités territoriales. Je ne crois pas que nous l'ayons fait depuis l'élection de mars 2014. Pourtant, à vous lire, je vous cite : « … je trouve intéressant et légitime que des élus manifestent le désir de participer à des formations. D’ailleurs, quelques uns de nos collègues l’ont déjà fait… ». Fin de citation.

    Ensuite parce que je suis surpris des termes de votre réponse à ma récente demande de formation. Pour que chacun comprenne bien de quoi je parle, je vais juste me permettre ici, rapidement, de préciser la teneur de ma demande.

    Par lettre du 08 juillet 2015, je vous faisais part de mon souhait de pouvoir suivre 3 formations, ces 3 formations étant d'une durée totale de 2,5 jours et d'un montant total de 1.625 euros (hors frais de déplacement)… ce qui est très loin des 85.000 euros que vous souhaitez dépenser de votre côté pour une fontaine ! Ces formations sont orientées sur ce qui me semble être le cœur de notre action : la participation des citoyens ; l'aménagement urbain ; les finances locales. Elles sont toutes les trois proposées par le même organisme, qui bénéficie de l'agrément à la formation des élus. Je pensais donc que ma demande ne poserait pas de problème particulier, en dehors d'un calage normal pour planifier cela et débloquer le budget nécessaire.

    Mais dans votre correspondance du 21 juillet 2015, vous m'apportez des réponses pour le moins surprenantes.

    Déjà, vous vous autorisez un sous-entendu plutôt inapproprié à propos de ma demande de prise en charge et une ironie moqueuse à propos de mon choix de formation.

    Par ailleurs, sur le choix de ces formations, vous semblez arguer qu'elles ne seraient pas adaptées aux missions que j'occupe au sein de ce Conseil municipal. Je vous cite encore : « … je n’ai pas l’impression que vous remplissiez ces conditions… ». Fin de citation.

    Ce serait alors faire une interprétation abusive des textes, notamment l'article L-2123-12 du Code général des collectivités territoriales. Je vous renvoie à ce sujet à la décision de la Cour administrative d'appel de Marseille du 18 juin 2002 (requête 99MA2405) qui indique, je cite : " la cour administrative d'appel a considéré que si le droit à la formation doit être jusitifié par l'intérêt de cette dernière pour le bon fonctionnement du conseil municipal, il n'a pas à être [le droit à la formation] limité par les fonctions spécifiques exercées par l'élu demandeur au sein du conseil municipal ou de telle ou telle commission municipale. [...] que ce faisant, le maire a entaché sa décision d'une erreur de droit. "

    Enfin, à juste titre vous évoquez le coût de ces formations. Là encore, je vous le concède : ma demande porte sur une somme importante de 1.625 euros, à laquelle il faut rajouter les frais de transports. Mais ça reste très en dessous des 85.000 euros de la fontaine, et je vous précise bien, dans mon courrier, que je ne sollicite aucun remboursement des frais d'hébergement ou de repas. De plus, je vous précise ici même, qu'étant conscient de cette charge pour les beaumontois, je ne demande pas mieux la compensation de la perte de salaire que va m'occasionner ces formations, alors même que l'article L-2123-14 du code général des collectivités territoriales le prévoit.

    Pour autant, je crois que ces formations sont utiles pour me permettre de faire mon travail d'élus au mieux par rapport aux enjeux de notre territoire et aux préoccupations de nos citoyens. Et de toute façon, vous avez l’obligation de mobiliser jusqu’à l’équivalent de 20 % du montant total des indemnités de fonctions que vous avez alloué aux adjoints et conseillers délégués, soit 20 % de plusieurs dizaines de milliers d'euros selon ce même article L-2123-14 et selon l’article 2321-2 du même code.

    Pour conclure sur ce sujet, je voudrais simplement vous poser ces deux questions, monsieur le Maire :

    y aurait-il 2 poids 2 mesures entre les demandes de formations des élus de la majorité, qui selon vos dire se sont déjà traduits par des réalisations concrètes, et celles des élus de l’opposition ? Les éléments que je viens de partager semble le confirmer…

    pouvez me confirmer votre accord pour que je bénéficie, dès que les dates seront confirmées, des formations demandées, et vous engagez à donner une suite favorable aux demandes normales de formation des élus ?

     

    Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :